Vendredi, finale de la coupe de la ligue, le Real de Zidane domine le match et son capitaine simule une faute qui fait exclure un joueur d’une manière plus que discutable. En comparaison, la finale de coupe de rugby des clubs français a bénéficié d’un arbitrage moderne d’une grande qualité.
Dans ce courriel, nous allons parler de deux finales qui ont eu lieu récemment : la finale de coupe d’Europe (ligue des champions) et la finale de coupe de rugby (France).
Nous allons voir :
– Quels sont les problèmes d’arbitrage dans le football et une évolution que l’arbitrage a connues
– En quoi l’arbitrage dans le rugby permet un meilleur respect de l’esprit du sport, tel qu’on l’aime
– En conclusion, nous verrons en quoi l’utilisation d’outils adaptés permet d’obtenir de meilleurs résultats en marketing
Le principe n’est pas de dire que le rugby est un sport plus beau que le football, nous allons bien nuancer ce propos.

Sur le football

Le football est un sport que l’on aime ou que l’on aime pas, c’est une question de goût. Cependant, tout le monde à la télé peut juger facilement de l’esprit moral des joueurs, bien sur de la qualité de jeu, mais aussi des erreurs d’arbitrage.
Lors de la finale du Real de Zidane contre la Juventus, la domination du Real est été évidente, sur les trois quarts du match. La victoire est indiscutable.
Cependant, le comportement des joueurs et les erreurs d’arbitrages « manuelles » ou « à l’œil nu » gâchent l’esprit sportif, le spectacle et donnent un mauvais exemple aux enfants.
Ainsi, un joueur de la Juventus pose la main sur le capitaine du Real, Ramos. Ce dernier s’écroule d’une manière ridicule. Le joueur de la Juventus est sanctionné d’un deuxième carton jaune, sort du terrain. Comme d’habitude, les spectateurs (ainsi que les personnes qui ont sélectionné l’arbitre) voient à la télé qu’il n’y a pas faute.
Il n’y a pas d’arbitrage vidéo et c’est dommage pour tout le monde. Platini,alors travaillant à la Fifa, était personnellement contre l’arbitrage vidéo. L’expérience montre qu’il n’a pas été retenu pour être à la tête de la Fifa.
On remarquera cependant qu’en coupe du monde, il y a le ralenti en imagerie 3D pour savoir si le ballon a passé la ligne de but.
Voyons maintenant en comparaison le rugby.

Sur le rugby

Au rugby, lorsqu’un joueur conteste l’arbitrage, il est à la deuxième reprise sanctionné, sorti du terrain avec un carton jaune.
Les arbitres du terrain sont en relation avec une oreillette, également avec les arbitres vidéo.
Le principe de l’arbitrage vidéo est à double sens :
– Soit l’arbitre demande un arbitrage vidéo, par exemple pour valider un essai ou, comme à la finale entre Toulon et Clermont-Ferrand, pour une faute litigieuse (seul arbitrage vidéo du match)
– Soit les arbitres vidéo signalent une faute à l’arbitre qui décide alors ce qu’il faut faire

C’est moderne, rapide et efficace. De plus, investir trois minutes pour respecter l’esprit du sport, c’est tout à l’honneur du rugby.

Ainsi, les spectateurs constatent la qualité de l’arbitrage de leurs propres yeux.

J’irais même plus loin sur la qualité de l’arbitrage de M. Romain Poite. Il a le sens du déplacement pour avoir sur le terrain l’angle de vue nécessaire pour arbitrer lui même et sait comment s’appuyer sur son équipe d’arbitres pour donner immédiatement la décision adéquate à la situation. Quel exemple à suivre !

Conclusion Marketing sur l’arbitrage dans ces sports

Tout d’abord, parlons argent. Plus un sport se professionnalise, plus les salaires sont élevés et plus les comportements deviennent évidents concernant l’influence sur l’arbitrage. Je ne pense personnellement pas qu’il y ait des malversations concernant l’arbitrage. Cependant, je me souviens d’une finale de Football où, en 2005, Guy Roux avait accompagné l’arbitre sur son trajet vers le stade dans un taxi. On peut dire que l’on peut se poser des questions !!!
Revenons à un indicateur marketing du football dans les grands clubs. Les salaires cumulés 2016-2017, en net, des joueurs du Real de Madrid, sont de 114 M€. En comptant leur salaire net sur un match, il y en a environ pour 20000€ pour 24 joueurs (les joueurs gagnent tout autant lorsqu’ils ne jouent pas, qu’ils dorment, etc). En comptant 1000 passes de l’équipe sur le match, on en arrive à la stat qu’un joueur gagne 20€ dès qu’il passe une balle.

On peut se demander si l’argent n’influence pas le comportement des joueurs au foot, qui passent leur temps à contester l’arbitrage et simuler des fautes.

En adaptant les règles et avec l’arbitrage vidéo, tant de matchs auraient connus une autre conclusion.
J’en viens à mon propos sur le marketing, qui se base sur une comparaison entre l’arbitrage vidéo et les moyens modernes d’aujourd’hui pour faire du marketing.

Aujourd’hui, se passer de la vidéo en marketing sur internet, se passer des applications web pour faire du marketing de courriel, de la gestion de projet, de l’analyse de statistiques, et bien d’autres choses, c’est une erreur.

Il y a de fantastiques moyens modernes pour développer un réseau, développer une activité et gagner de l’argent grâce à internet. Une règle de base va consister à ne pas copier ce que ceux qui n’ont pas de résultats font. En effet, seul un petit pourcentage vit correctement de l’activité de marketing sur internet. Ainsi, il va falloir agir en fonction de ceux qui ont des résultats et développer son activité en fonction de ce que ces personnes font.

Je dis donc qu’il faut moderniser son activité grâce à internet afin d’obtenir de meilleurs résultats dans sa vie.

Lorsque la Fifa mettra en place l’arbitrage vidéo, là, on aura, au football, du sport et non pas un jeu d’acteurs.

Ceux, qui comme au rugby, utilisent les moyens modernes, connaissent et connaîtront de meilleurs résultats dans le temps que ceux qui ignorent volontairement ces outils modernes.

Ainsi, l’honnêteté prime sur la simulation, dans le sport, comme dans le marketing.

Excellente réussite dans vos projets,

José